Livraison offerte dès 69 € en France

Canne à pêche

Une, deux, trois …. Cannes à pêche… et encore une … le pêcheur passionné n’a de cesse de compléter sa collection.

Il est à la fois difficile de faire son choix parmi toutes les cannes existantes et de s’y retrouver tant il en existe une multitude de variétés.

Variété de conception : Des cannes à pêche monobrins, des cannes à emmanchement de 2 à 6 brins pour des cannes voyage, emmanchement talon, cannes télescopiques, cannes téléréglables, cannes autobloquantes, cannes fil intérieur …

Variété de matériaux car depuis le roseau et les cannes en aluminium les innovations ont été multiples. La fibre de verre a été supplantée par des carbones de plus en plus évolués aux additifs et résines multiples sans compter les différents types de tressages des nappes de carbone.

Variété d’anneaux car depuis les anneaux en métal du type Caussel les céramiques en oxyde d’aluminium ( oal ) puis en carbure de silicium ( sic) de plus en plus complexes les progrès ont été faramineux. Transfert de la chaleur accru, poids de plus en plus léger, résistance à l’abrasion … que de progrès.

De tout cela résulte une quasi infinité d’action pour nos cannes à pêche actuelles. Action parabolique, semi parabolique, de pointe avec tous les intermédiaires possibles.

Il en résulte également une quasi infinité de puissance de lancer et de résistance à l’effort lors de travail du poisson.

Allez encore une canne !!??

 

Moulinet de pêche

Un moulinet de pêche est un dispositif fixé à une canne à pêche qui permet l'enroulement et le déroulement du fil de pêche.

Il a été inventé sur le continent asiatique. La plus ancienne représentation de la pratique de la pêche est une fresque de Ma Yuan datée de 1195 et intitulée Pêcheur solitaire sur le fleuve en hiver. Le moulinet a subi depuis de nombreuses évolutions avec des conceptions techniques variées et l'utilisation d'alliage léger. L'aluminium fut souvent utilisé mais il est remplacé par la fibre de carbone qui est plus légère, plus solide et plus résistante.

Le choix du moulinet doit suivre des règles simples au niveau des caractéristiques techniques.

Dans un premier temps, le type de poissons recherchés et le type de postes pratiqués vont définir une capacité de ligne de la bobine : Un diamètre de nylon ou tresse à utiliser et une longueur de ligne suffisante et confortable. Ce choix va induire une taille donnée du moulinet et donc un poids adapté.

Une fois la taille du moulinet définie il faut être vigilant sur la qualité du frein, la qualité de l’anti retour, le bon fonctionnement du galet et enfin le pickup.

Le nombre de roulement à billes est souvent un facteur de marketing de nos jours. Deux roulements sur l’axe vertical, deux sur l’axe de la manivelle et un pour le galet peuvent suffire.

Le choix du type du moulinet ; frein avant, frein arrière, spinning, casting, débrayable … est aussi fonction du type de pêche pratiquée.

Le ratio ou récupération peut être également un facteur dans le choix de son moulinet notamment pour les pêches à l’anglaise ou aux leurres.

Le choix de la marque et du prix du moulinet est ensuite au libre arbitrage du pêcheur.

Certains moulinets embarquent plus de 10 roulements et les systèmes mécaniques permettant de nombreuses démultiplications permettent au pêcheur d'atteindre facilement de grandes distances. Toutes les grandes marques de pêche se sont lancées dans l'aventure et sont capables de créer chaque année de nouveaux modèles. Parmi les plus connues, les moulinets Daiwa, Shinano, Okuma, Mitchell, Abu Garcia, Zebco ….

Le moulinet à tambour fixe (aussi connu sous le terme « Lancer léger » ou « Spinning ») comporte une bobine qui ne bouge pas. Un rotor entoure le fil de pêche autour de cette bobine lorsque la manivelle est tournée. Sur certains modèles, le moulinet est fermé par un capot.

Le moulinet à tambour tournant aussi connu sous le terme « Lancer Lourd » comporte une bobine qui est mobile. La manivelle permet de faire tourner la bobine sur elle-même afin que le fil de pêche s'y enroule. Dans cette catégorie se trouve entre autres les moulinets Lancer Lourd ou Baitcasting, les moulinets « Lancer léger » fermé, les moulinets « Center-Pin » et les moulinets pour la pêche à la mouche.

 

Entretien de sa canne et de son moulinet

Entretenir et réparer son matériel de pêche est une obligation si on souhaite faire perdurer ses moulinets et ses cannes à pêche dans le temps.

Un des premiers gestes à avoir pour ses moulinets et de faire tremper sa bobine garnie de nylon dans de l’eau douce après une partie de pêche surtout si vous pêchez en mer. Cela évitera que les cristaux de sel qui se forment au séchage n’entament votre nylon et le fragilise.

Vérifier également le bon fonctionnement du galet du moulinet qui doit tourner sur lui-même à la moindre sollicitation si qui évitera un échauffement de la ligne et notamment du nylon.

Entretenir le frein du moulinet est également primordial car si vous avez à travailler un poisson qui sort de l’ordinaire la réactivité du frein est indispensable pour éviter la casse.

Pour la canne un coup de chiffon sec et doux permettra d’entretenir les vernis.

Vérifier régulièrement l’état des anneaux et des céramiques et plus particulièrement l’anneau de pointe. Si sa céramique est cassée vous êtes assuré de casser rapidement votre ligne. (Si votre nylon peluche c’est le signe que la céramique de votre anneau est à minima ébréchée)

J’ai souvent rencontré des pêcheurs qui me demandaient de réparer leurs scions de canne cassé. Sachez que dans ce cas-là il n’y a que deux options : Coller un anneau de pointe au niveau de la casse sur le segment qui reste au-dessus du porte scion ou commander un scion neuf. Coller les deux éléments ne sert à rien et faire un manchon pour emboiter les deux parties cassées ne pourra être qu’une option très temporaire qui cassera sur un lancer ou un poisson.

Entretenez votre matériel de pêche et il vous le rendra !

 

Les leurres de pêche

Les leurres de pêche … une encyclopédie pourrait leur être dédiée !

Un leurre est généralement un objet inanimé dont la fonction principale est de leurrer un poisson et de séduire le pêcheur …

Il se distingue de l'appât au sens qu'il est inanimé et qu'il tente d'imiter un appât. Il existe de nombreuses variétés de leurre, reproduisant plusieurs types d'appâts. Cela peut aller de la simple imitation d'un asticot ou d'une algue, de l'imitation d'un poisson vivant ou d'un poisson nageant au moyen d'une cuillère ou bien encore d'un insecte tel qu'une mouche.

Tous les poissons carnassiers peuvent être leurrés, de la perche à l’espadon en passant par les bars loups, il existera toujours un leurre adapté.

Choisir son leurre est souvent un vrai casse-tête car il faut tenir compte de plusieurs facteurs comme le poisson recherché, le poste pratiqué, la présence des proies naturelles, les conditions climatiques … Et souvent on a la surprise d’une prise inattendue !

Une autre difficulté est que chaque famille de leurre ( leurres souples, poissons nageurs, cuillers, poppers, mouche, streamers …) nécessite un apprentissage pour la mise en action de nage et souvent un matériel spécifique (canne, moulinet, tresse, nylon, soie …)

Mais la grande récompense de cette pêche aux leurres est la « châtaigne « attendue et ressentie dans la main et le bras quand votre leurre se fait attaquer par le prédateur tant attendu.

 

Choisir ses hameçons

Le choix de l’hameçon est primordial pour la réussite de sa partie de pêche.

Le premier facteur dont il faut tenir compte est l’appât utilisé. En effet l’hameçon doit permettre une parfaite présentation de l’appât afin de ne pas éveiller la méfiance du poisson. Le second facteur est la puissance et la dentition du poisson recherché.

Il va de soi que le piquant de l’hameçon doit être optimum et contrôlé régulièrement. Si la pointe de votre hameçon glisse sur votre ongle sans s’y planté il vous faut alors changer l’hameçon ou aiguiser la pointe. Les hameçons permasteel  sont ceux qui s’émoussent le plus rapidement. Les hameçons carbone possèdent un excellent piquant d’origine mais doivent être également contrôlés sur votre ongle surtout après la prise d’un poisson à forte dentition.

Une lime à hameçons ne vaut que quelques euros et vous évitera de nombreux ferrages ratés ….

 

Nylons et tresses de pêche

Votre ligne principale constituée par un nylon ou une tresse est votre seul et unique lien avec le poisson. A ce titre son état ne peut être que parfait. Que de poissons remercient leurs pêcheurs de ne pas avoir vérifié leurs lignes …

Le premier facteur dans son choix est la résistance et par ce fait le diamètre. Puis la longueur afin que la bobine du moulinet soit correctement remplie.

La tresse ne convient pas à toutes les pêches du fait de son élasticité proche de zéro.

Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des rapports diamètre / résistance excellent ce qui nous permet de pêcher de plus en plus fin et donc d’avoir plus de prises.

Pour les bas de ligne pêchez le plus fin possible afin de multiplier le nombre de touches. Sur les postes sans obstacles n’hésitez à descendre dans les diamètres. Le nylon fluorocarbone très discret dans l’eau donne les meilleurs résultats de pêche.